28.7.06

le retard

Métro Bonne-Nouvelle - affiche ; neuf heures trente.

Je suis venu ici pour ne pas avoir à me perdre.
Et quand le retard commence, tout est toujours passé.
Le présent rejeté si loin devant, n'est pas même un à venir. Alors se perdre est déjà terminé. Le retard prend tout son temps. La route était longue. On n'en voyait pas la fin. On est perdu. Le salut n'existe pas. Chez soi n'a jamais existé. La route était si longue que le retard sur les reflets des vitres prenait le temps à l'envers - de sa fin interminée, à sa source interminable, il dérivait vers moi, qui ne le regardais pas. Mais je ne sais pas le mot. J'attends alors. Je ne pouvais faire qu'attendre - et l'attente s'est confondue avec le retard. Sur une vitre, l'image renversée d'une image. Personne ne la voit que moi. Et je ne suis pas sûr que cela fait d'elle une image à regarder. Le retard ne cesserait pas - battre le temps, à contretemps.
Je suis venu ici en terrain inconnu.
Où se perdre est finalement arrivé.

2 commentaires:

morganedesfees a dit…

merci de ces mots j'aurais pu les ecrire , je les ressent sans cesse merci de mes avoir dis .

Anonyme a dit…

Good afternoon many have machines which not insuranced,
you have a unique opportunity only today to receive insurance the machine free of charge
auto insurance
auto insurance
cars insurance
cars insurance
texas car insurance
texas car insurance
car insurance quotes
car insurance quotes
car insurance policy
car insurance policy
xanax
phentermine
buy tramadol