3.9.06

de la lumière (et des voleurs qui passent)

En travaux

On travaille par ici. On a ramassé les vitres brisées - on a levé un voile pour les remplacer. Ce n'est pas loin - rue Grenetta, ou ailleurs, plus bas. On relève les murs, on en fait autre chose. Je ne sais pas quoi. Je passe et je vois de la lumière ; je m'éloigne. Je n'en penserai rien. Il n'y a pas à avoir d'avis. Tirer des leçons pour l'histoire, ou pour sa petite vie qui s'en trouverait remplie, soudain - à jamais. On lève des murs, c'est tout : on reconstruit patiemment le chaos. Il n'y a pas à chercher plus loin. Je marche, et je ne regarde même pas. Je continue. Surtout, faire l'effort. Ne pas s'arrêter. On reconstruit ce que patiemment on avait brisé, les vitres l'une après l'autre enfoncées, traversées. L'une après l'autre relevées maintenant. Je me demande quel avis on pourrait en avoir. La marche du progrès. L'ironie du sort - l'éternel recommencement : la vanité des fondateurs. Non. C'est un commerce de papier où l'on ne vend rien. Saccagé par rien. On remplace les vitres par de la toile. On allume la lumière toute la nuit pour tromper les voleurs. Et c'est tout. Je m'éloigne. Je pense maintenant à la photo que j'ai prise, et je ne vois rien qui la justifie en dehors des vitres brisées qui n'étaient plus sur le sol, et que je cherche à traverser pour abolir une histoire de plus.

4 commentaires:

Marc a dit…

J'aime tes mots... Malgré que mon blog est presque toujours en anglais, j'ai de la poésie française dans la section Poetry.... Continue tes beaux écrits...

m a dit…

abolir une histoire de plus ?

pourquoi simplement dénouer,
enlever les corsets auxquels on s'était ficelés ...

(j'aime tas photos qui sont des regards de lumière , nocturnes, flous ...)

Arnaud Maïsetti a dit…

je n'aime pas les histoires - elles tracent tout droit une ligne qui aveugle. Elles tissent un fil qui m'étrangle. Et je n'ai pas la force de dénouer les liens. Alors voilà. Je préfère respirer. Je préfère abolir.

m a dit…

abolissons, alors.


vaut-il mieux construire des ponts
ou élever des murs, transperçables?