12.10.06

dispersions

Pont du Carrousel

Ce n'est pas l'image qui tremble - l'image reste nette, posée devant moi. Un léger vent, à peine perceptible, mais qui soulève les manteaux, les feuilles par terre, les nuages là haut. Le ciel est rempli. Si dense, on dirait qu'il va tomber. Il résiste. Les lumières viennent de s'allumer. Personne ne les voit. On rentre. Le Louvre est une pierre horizontale qu'on a allongée au bord du fleuve. On la creuse de lampes et voilà le mouvement. Impossible à arrêter, les lumières. Elles font vaciller l'ensemble, et c'est chaque angle qui est menacé, qui bascule. Je me tiens devant. J'attends qu'à force de vaciller, les lumières avec elles fassent tomber le ciel. Et qu'avec le reste, le vent soit dispersé.

Aucun commentaire: