20.11.06

des couloirs

"des couloirs qui s'ouvrent"

et plus loin, encore plus loin, les traces par terre des nouvelles de la veille déchirée, les traces au loin des lumières entamées par la nuit, par terre les traces du jour, les traces encore, personne n'ose y toucher, du jour qui ne se soulève presque plus, qui remue un peu si on insiste, du jour qui s'est allongé dans un coin et qui n'attend maintenant plus rien de ceux qui le frôlent sans oser le toucher, sans insister vraiment, et le regardent à peine, les traces déchirées du jour débordé par sa fin, et plus loin, les couloirs qu'on arpente à l'aveugle, les lignes sont tracées au sol, tracées sur les murs, et au plafond qui fait signe d'avancer, les couloirs arpentés comme des aveugles, et les couloirs vides à côté qu'on longe pour les laisser se reposer, les couloirs aveugles ou endormis qui tracent les prochaines nouvelles du jour où recommencer et passer, et arpenter en aveugles, les couloirs par terre qui attendent le jour, qui attendent la veille de ce jour, déchirés par les traces qu'au passage les aveugles laissent pour retrouver leur chemin, et au loin, encore plus loin, une direction se trace, un mouvement s'amorce, une direction s'infléchit, on ne sait pas - dans les angles morts gît le jour étalé de tout son long, on ne le voit pas, les couloirs dressent la conduite à tenir, les directions à suivre - on peut fermer les yeux, on entendra encore le jour respirer lentement qu'on le ranime.

4 commentaires:

fgriot a dit…

en échange... http://www.fgriot.net/images/town_town_1/DSCN1403_1.jpg

Arnaud Maïsetti a dit…

les couloirs s'ouvrent vraiment - sur d'autres couloirs et s'ouvrent on ne sait plus où alors - mais s'ouvrent...

merci pour l'échange...

m a dit…

les couloirs dressent la conduite à tenir , inlassablement;
malheureusement ?


voir et lire tes photos, tes errances et tes chemins est toujours une étincelle, un sourire

persona a dit…

je...
j'.
j'ai...
recevez mes bégaiements les plus sincères