28.1.07

étouffé

"là où la terre s'achève"

Puis de nouveau sur le sol, le reflet sali de l'eau, la trace du ciel sous nos pas qui franchissent d'un bond son ombre, de nouveau à même le sol, le rire étranglé de ceux qu'on invisible sans effort, le rire étouffé des bas-côtés de l'histoire enveloppée sous les couvertures, le sang dans nos mains qu'on tend, le don qui se refuse

Aucun commentaire: