12.1.07

pénètre doucement le noir des pages


Six feet under
Vidéo envoyée par arnaud-m_
Dans la chambre, des feuilles sur le bureau, les façades allongées dehors, la chaleur artificielle du dedans, sa lumière sale et jaune, dans la chambre, les heures depuis le matin traînent ici sans nombre, rongent le soir depuis le bas jusqu'en haut, ("... et ce n'est pas, grand merci, non, que l'inquiétude ne rode en tous parages...") dans la chambre, la musique pénètre soudain doucement ici, (la musique offerte il y a maintenant longtemps, par hasard et ainsi, nudité tendue, brisée, rompue sur la voix qui l'a écrite, qui la chante, cette voix sans visage et sans nom alors ; la musique offerte par cet ami sans visage qui pénètre ici la chambre), et ne se laisse recouvrir par rien, ni par le soir, ni par rien d'autre, la musique noircit les pages comme des applats d'inquiétude tendus doucement par la force qui l'a engendrée.

Six feet under, encore

2 commentaires:

Patch a dit…

merci, merci beaucouP. c'est un merci à la con, donc un merci beaucouP.

Arnaud Maïsetti a dit…

non, c'est moi...