18.3.07

battu

c'est au loin

en surface, battu par la pluie, par le vent, encerclé ; les particules invisibles se déposent (les unes après les autres, elles forment ce tas de poussière qu'on piétine et qui finit par recouvrir chaque seconde, et le bruit du trottoir : plus fort), et battues, en surface comme sur la paroi de la mer, les villes qui se traînent ici-bas battues par les hivers de printemps, les villes terrassées par le froid soudain, les villes plongées comme moi quand je l'aperçois à la surface opaque et miroitante, les sérénités acquises sur le long terme, habitudes arrachées au temps, mais moi quand je l'aperçois, au loin, la silhouette qui danse au loin les mouvements pénibles, effractions de temps sur le battement régulier de la pluie sur moi, je vois bien qu'il n'est pas d'ici, qu'il s'en va : je l'appelle, je le reconnais si bien, silhouette dansante à la surface, et quand j'ouvre la bouche, c'est pour crier. Le cri n'a pas de portée. Il fore pourtant la surface jusqu'à ouvrir en deux les entrailles. Battu, encerclé, battu encore par le vent et les mouvements saccadés de la houle, d'une ville en naufrage ininterrompu depuis le jour, battu par le propre cri de mes poumons, battu je rentre ; cette silhouette au loin danse encore les gestes terrassés - silhouette reconnaissable entre mille, ce corps tordu qui m'apaise, cette figure soeur : moi dans mille ans passant, battant, étranglé de lumière et de pluie à la surface du temps.

6 commentaires:

mme-b a dit…

Viens sous le soleil ;)

Arnaud Maïsetti a dit…

la lumière est aussi forte - ici

(non ?)

mme-b a dit…

Ici, ta sensibilité regorge de soleil, ici, il fait chaud.

(je préfère la nuit ; la nuit il fait beau)
La nuit, les échanges sont souvent éclairés.

Arnaud Maïsetti a dit…

éclairé de l'intérieur, je préfère - la lumière renvoyée par le sol, plutôt que reçu d'en haut.

(Alors la lumière artificielle qu'on échange, oui - et qui seule passe le temps)

molieri a dit…

"J'entends des pas sur le temps naufragé. Lanterne aveugle d'une vision ivre. Le secours de mille bras amis. Le port à l'horizon. Mais quel port? Nous reprenons la mer." Comme un répons.
Récemment sur blogger, veillant de même sur la langue, mes encouragements à continuer votre travail. Amicalement.

mme-b a dit…

Il pleut longtemps chez toi ?
En bonne fille du sud, j'ai du mal à m'y faire ;)