8.3.07

l'imminence de sa chute

derrière le mur

c'était comme si sans raison et sans bruit le mur allait s'écrouler : ni cause ni sens juste là l'instant de sa chute devant moi possible ; c'était comme si l'instant de sa chute n'était plus séparé de son bruit, que j'étais moi la raison et la cause et le sens et qu'une faille le long du mur allait finir par atteindre le plafond et déchirer comme une feuille le mur pour laisser voir derrière d'autres murs peut-être et d'autres failles aussi sans doute - c'était comme si ce soir, c'était encore possible - le mur droit devant moi allait s'effondrer et je me tenais là, toute la vie passait devant cette imminence qui n'accomplissait rien d'autre que le temps, sans raison et sans bruit

Aucun commentaire: