11.3.07

ni le lieu, ni l'endroit

positions

Je note les messages. Certains remontent de si loin sur ma peau, ce n'est qu'un souffle froid de plus qui me glace. D'autres sont si proches, je ne les distingue pas vraiment de mon propre corps, (comment faire). D'autres encore - plus nombreux - parviennent jusqu'ici où je les note, m'écartant le moins possible de leur timbre, de leur précision, de leur simple et insistante pression en moi qui dégorge. J'assiste. Qu'en ferai-je. Je note ce soir. Trois points dans le noir qui n'indiquent aucune direction. Trois points dans le noir signalent seulement leur position - points qui désignent malgré moi l'endroit où jusqu'à présent je suis, ce lieu d'où je sens le soir monter, les voix affluer (ce lieu quitté sous le soir qui m'absorbe)

3 commentaires:

Lune a dit…

Trois points de suspension, aussi... que le corps chuchote, aussi calme qu'inquiet

Arnaud Maïsetti a dit…

l'inquiétude toujours le moteur, la condition pour survivre (la quiétude dans un lit de mort, avec l'agenda vide, seulement (et encore))

lune a dit…

le moteur, oui souvent, la condition, non, il ne faudrait pas... le courage peut etre, condition de la survie (!)