26.4.07

avant le soleil

surexposition - quai mauriac

c'est en passant devant, mines réjouies, chaleur étouffée sous les sueurs, les vêtements surpris par l'été, tenus pleine main encombrée, que l'idée venue de loin s'est imposée, comme on marche dans le matin avant le soleil, comme on ne parle que deux heures (plus peut-être) après s'être levé - l'idée de ce nulle part où aller, de cette direction sans flèche, l'idée qu'ici sans doute où aller n'était pas la question, seulement la trace sur le sol d'un passage déjà ancien, et qui persistait - et sous les traces, d'autres traces, des centaines, inconnues, qu'on reconnaissait sans faille.

2 commentaires:

Un peu plus à l'Est... a dit…

Pour une fois que je m'offre le plaisir de te féliciter pour la photo... Superbe.
Mk*

lunembul a dit…

j'aimais beaucoup l'image d'hier et son texte, je respirais avec.