30.4.07

la grâce

contre le vent - l'instant ne s'est pas arrêté

la justesse, le ton porté juste de l'actrice, le moment lancé à temps, rattrapé sans délai, la précision dans l'arrêt qui désamorce la seconde de trop - l'instant profond qui prolongé se serait abîmé dans le vide et l'outrance du vide ; quand je sors, que je vais sans direction, le temps laissé derrière soi - et au devant de soi, l'heure laissée aussi où il faudra reprendre le moment là où on l'avait arrêté - comme le geste si juste de l'actrice qui un instant trop tard ou trop tôt eût été ridicule - cet instant qui sépare la grâce du néant

Aucun commentaire: