24.4.07

sourde et aveugle

aplats mouvants

hier pas loin d'ici (plus loin désormais), la foule bouge la même réalité traversée par des moments successifs d'accélération et de ralentissement, mais toujours les arrêts ne sont qu'une respiration préparant l'afflux suivant, de sorte que rien ne se déplace vraiment que la lumière et le vent : partout sur cette place, la plénitude ne diffère pas du vide, un vide saturé de mouvement identique - rendant tout mouvement immobile comme pris dans la pâte informe d'avril - la foule aplat immuable qui passe - et cette femme debout droite devant la bouche de métro (du vide tout autour d'elle), quand on passe, qu'on la frôle, (on la touche à peine on ne la sent pas) on se rend compte qu'elle ne pèse rien, que sous ses vêtements, sous sa peau, rien ne circule que le vide, et dans ses mains, ses mains qu'elle porte et qui l'accable, le vide pèse lui d'un poids effroyable, et rend cette femme sourde et aveugle au vide partout qui ne passe pas.

1 commentaire:

Un peu plus à l'Est... a dit…

Est-ce que tu as aussi de sérieux problèmes avec Tiny Pict qui ne fait rien qu'afficher d'horribles pages où les photos chargées n'apparaissent qu'en tout petit. Colère. Connais-tu par hasard une alternative...?
Mk*