18.5.07

contrejour - vendredi

de loin on pouvait croire

étiré sur des kilomètres, le contrejour ne résistera pas à la semaine - et d'ailleurs l'eût-il voulu qu'étalé ainsi c'est mort qu'on l'aurait retrouvé et immobile à la surface des toits : n'efface que les rapports et les tensions, jamais les mouvements, les tremblants de réalité qu'on s'efforce de briser (nous sommes quelques uns qui n'avons pas abdiqués) de secouer, remuer corps et biens (corps et âmes dépecés jusqu'à la pinéale éventrée avec les dents) - le tremblant des réalités qui s'échappent et par lesquels s'écoulent nos vies, se dérobent plus loin nos vies par torrents, oui ; par torrents - boire à longs traits ne suffit pas : c'est y plonger nos mains qu'il faudrait, et les voir à travers et compter chacun de nos doigts, et compter encore et compter : c'est dans le tremblant du monde qu'on reflète ici le contrejour affranchi au jour, le contretemps doubler le temps d'une épaisseur pâteuse qu'on dit langue ou signes rouges tracées dans le noir pour le voir mieux s'éteindre : (écrire parfois sans fermer les yeux) ici croire un peu nos existences justifiées, repoussées plus loin dans le possible (la langue qui dit la transparence impossible de cette main plongée dans l'eau, qui dit l'impossible correspondance entre la main dans l'eau, et le regard porté sur cette main devenue de l'autre côté de l'eau, une simple membrane tremblante et terriblement lointaine : la langue qui fait advenir l'impossibilité jusqu'à l'éprouver au rythme et aux secousses de ce tremblant ; la langue mimant sur scène le tremblant de jour épuisé sur ma main) je continue : regarder dans les yeux le contrejour qui s'éteint : juste sur la rétine un peu de poussière qu'on retire, le revers de main prêt à chaque instant, prêt : effroyablement prêt, chair sur la chair nue des deuils inaboutis (du jour comme des peaux : des nuits passées sur les chairs comme des jours traversées sans caresses ni entailles - endormis sur les peaux, je te vois partir chaque seconde au matin, et ma peau ne dort pas sans la tienne, tu le sais) oui, alors : regarder dans les yeux, dans les yeux directement sans ciller le contrejour qui s'éteint pour n'épargner du temps qui passe que la masse supportable du déroulement entraînant immobilement tassé le temps pesant qui ne passe pas et sur ma peau absente de la tienne la trace mord au poignet jusqu'au sang (chair dépouillée écorchée séchée sur le jour levé et terrassée par le jour préparée ménagée au coeur - béance des sexes morts), mais masse supportable du déroulement supporté malgré tout du déroulement rassurant, lentement dévidée jusqu'à soi (et jusqu'à l'heure de notre mort), non - j'aurais voulu autre chose, comme un autre part où ailleurs se figurer un endroit : et où rien n'a lieu qu'ici ; comme aussi toi, j'aurais voulu toi : mais toi comment te trouver ailleurs* qu'ici où rien n'a lieu, même si je sais -

ce n'est pas d'éclat dont se nourrit la durée

*

Aucun commentaire: