26.7.07

la possibilité déniée

rue d'ici

on pouvait croire au possible, et mépriser sa possibilité toujours plus largement exhibée en parole parlée, en langage soudain dépouillé (seule reste le geste, comme à la tribune le mouvement de bras qui scande le mot, l'emporte sur l'idée, évacue le reste) - on regarde sans surprise les mouvements. La majorité certaine. Les minorités plus nombreuses que tout. Dans chaque rue, les voix étouffées. Les possibilités effondrées. Au loin, on prépare les documents, on anticipe les adhésions, nombreuses forcément - les oppositions au monde réduites à l'insulte. Quoi d'autre. Et au près, les possibilités qu'on nous impose. Auxquelles nous sommes exposés, sans possibilité de réponse.
ces projets pour le siècle qu'on lit les yeux crevés

Aucun commentaire: