3.8.07

les cent pas



Whistler, James . Nocturne: Blue and Gold - Battersea Bridge


j'y ai pensé souvent - souvent j'ai essayé cette histoire sur des rues entières, travailler un peu de temps sur le temps restant à l'éprouver, dans sa puissance toujours sur le point d'advenir (et ne venant que le temps d'avant, le contretemps toujours vécu d'être puisé dans l'imminence) - j'y ai pensé et n'ai fait qu'ajourner encore et encore cette histoire que j'ai croisée, ce type creusant les bords du fleuve et épuisant cent pas à peser (le pour, le contre, autre chose qu'il marmonnait) - une histoire qui commencerait ici et ne s'achèverait pas vraiment - l'ai-je vu tomber, ce type, dix, vingt fois, et recommençant sa ronde - la folie touchée de près, du type qui toise la mort, et se sait auprès d'elle, plus sauf qu'ici où je la raconte, où j'en fais une histoire de début et de fin, de secrète errance autour des pas de ce type sur lesquels je suis, depuis un an presque que le contretemps amorcé ne s'achèvera que sur le temps fort où le temps s'achèvera.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

merci de nous offrir la possibilité de faire quelques pas avec lui, le temps de se dire, qu'à scruter l'eau trouble, on a pu avoir aussi, la tentation de mouliner la poix d'un air de déprime une dernière fois, sur un temps fort, et qu'à laisser les soupirs envahir la partition, à prendre la mesure, on a plus souvent choisi la pause et l'accroche à la vie pour en être, un peu, encore.

lagunedune

Arnaud Maïsetti a dit…

et encore