17.9.07

le tremblé

'Boulevard de Denain

Si l'image bouge, c'est qu'au moment de tomber, je me suis raccroché à cette pensée - mais cette pensée s'est dérobée sous moi - et avec moi, le reste : alors l'image suspendue à cette lumière (lumière parfaitement droite et littéralement couchée sur le ciel) s'est affaissée. Le type qui traverse s'efface - le bougé de la nuit qui approchait dispose à la surface de Paris, son vernis tremblant, l'effacement du type, de la gare lointaine qui s'effondre avec moi - et avec moi, le reste.

2 commentaires:

MuMM a dit…

Où l'on voit que le boulevard était une fondrière... et l'encrier une poudrière ?

secondflore a dit…

Le tremblé rend au boulevard sa majesté - ce n'est pas seulement le type qui s'efface, mais aussi les odeurs alentours...