2.11.07

la buée


au loin ce n'est pas le soir qui tombe, mais de la brume qui s'élève du sol, c'est la buée de la ville échappée du jour

5 commentaires:

Lolabrok a dit…

tu mens! la buée ne s'échappe jamais, ça cogne contre les vitres à l'intérieur, ça cogne c'est tout.

Arnaud Maïsetti a dit…

oui - mais où est l'intérieur, l'extérieur.
ça cogne aussi dans le corps, ça cogne aux tempes - et où sont les tempes du monde, où les gouttes de sueur du ciel déposées, battues ; pèse comme un couvercle, le ciel sur quoi viennent (s'échapper pour finir par) cogner larmes et sueurs, les tentatives impossibles de sortir à l'extérieur.

Prax a dit…

Elle a plein de choses à dire la ville et l'exprime en buée.

Lolabrok a dit…

l'intérieur, on ne peut jamais se tromper sur les limites de l'intérieur, c'est une question de temps. On connaît tous les murs de sa propre prison un jour ou l'autre...

Arnaud Maïsetti a dit…

oui - l'intérieur, question de temps plus que d'espace...