16.2.08

la peine de couler


Regarde la, sa nonchalance traînée sur le pont comme en dernier recours, l'indifférence de celle qu'on a trop regardé, elle marche comme elle pourrait s'arrêter dans quelques mètres, et ne le fera pas. Au moment de traverser, elle adresse un dernier regard derrière elle, regard sans direction portée à une pensée plus triste qu'elle, plus sûre d'elle - la ville en retrait, le fleuve qui ne se donne plus la peine de couler, la certitude des assemblées, la routine des cimetières, toute la cérémonie abjecte des paroles lancées comme des cathédrales - dans l'attente qu'elle retombe.

Aucun commentaire: