18.2.08

le même poème

« Sans doute est-ce toujours le même poème qui se continue. Si parfois les thèmes s'estompent, c'est pour revenir un peu plus tard, affermis, à peu de chose près identiques. Cependant ces répétitions, ces infimes variantes, ces coupures, ces retours en arrière, peuvent donner lieu à des modifications - bien qu'à peine sensibles - entraînant à la longue fort loin du point de départ. »

Alain Robbe-Grillet, La Jalousie

4 commentaires:

Omne a dit…

« la jalousie » je me rappel comme j’avais aimé ce livre. Comme j’en était ressortis éberlué par sa construction, sa musicalité.

Et surtout cette science du vide, à chaque page.

Prax a dit…

Cela me fait écho à " Si par une nuit d'hiver, un voyageur " de Calvino, cette prise, reprise qui emmène finalement assez loin du point de départ. Mais la distance entre les 2 auteurs ne rend peut être pas le lien pertinent.

jeremie_scheidler a dit…

Quel con…(ce robbe grillet, d'etre mort, mais surtout ce assouline, d'etre con)

http://passouline.blog.lemonde.fr/

pop corn a dit…

n'est-ce pas la seule manière que nous avons d'avancer