2.2.08

temps de connexion infini


La vitesse de connexion est si fragile, qu'elle est instantanée - non pas véritablement immédiate, mais ponction du temps à l'instant, poids de la seconde qui remplace l'instant ; c'est ça : mesure de l'instant, à l'aune duquel l'instant trouve son échelle.

En rage, en rage il dit la durée que met l'instant à advenir, il râle sur la lenteur de connexion, quand c'est de la longueur de l'instant à advenir qui le fait ralentir à lui même, et râler ; alors le temps tout autour, contretemps balancé par les mouvements des nuages, se met à accélérer jusqu'à s'immobiliser parfaitement sur l'instant enfin parvenu jusqu'ici.

Au passage, il était midi.

2 commentaires:

brigetoun a dit…

l'accélération du temps arrivant à l'immobilité comme les sons en boucle à grande vitesse donnent du silence ?

Arnaud Maïsetti a dit…

... et comme les foules manifestant en rang donent impression d'unité immobile ; ou comme le flux d'images sur écrans saturés donne la neige éternelle des sommets venteux et désertés...