29.4.08

le dernier enchaînement

Un autre passé, dégagé de souvenirs et de projets, s'ouvrait dans le creux de la main estompée enfin - lignes pures, lignes claires et frayées dans la vie comme une perspective aussi droite et évidente que dépouillée. De loin en loin, à regarder derrière moi les années, le possible s'établissait dans toute sa nécessité, sa parfaite clarté. Mais quand le dernier enchaînement se faisait, il échouait inévitablement sur le même présent, ici et maintenant improbable au regard de ce dégagement opéré dans ma tête - ici et maintenant bancal, hétérogène, incertain surtout dans sa réalité : impalpable et qui ne me concernait que de loin, moi tout entier dans cet autre passé, dégagé de souvenirs et de projets, ce passé ouvert dans le main comme un crabe encore vivant.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

magnifique !

juliette

Arnaud Maïsetti a dit…

merci du passage...