27.4.08

l'évidence


On avait pu croire à une sortie possible ; on avait pu croire qu'en traversant, on passerait de l'autre côté - qu'en rejoignant l'autre trottoir, le reste passerait avec nous : le monde enfin traversé pour une raison - celle de l'abolir : abolir avec lui tout ce qui en soi empêche de passer.
Mais de l'autre côté, il fallait se rendre à l'évidence. Rien n'avait traversé avec nous. La cruauté du monde nous attendait déjà - elle avait silhouette de notre ombre.

Aucun commentaire: