31.7.08

l'orage_juillet

dehors, une bulle de chaleur repose, lourde et immense, comme en équilibre instable au dessus de la ville : il suffirait qu'on se penche à la fenêtre, tende le bras et allonge la main, pour la crever - et que se déverse au-dessus de nous tout l'orage espéré. Mais c'est toujours une pluie sur le point de tomber qui recouvre la ville, et cette imminence jamais rompue est ce qui définit le mieux à mes yeux, ce soir, la qualité de silence de ce mois, sa possibilité miraculeuse sans cesse repoussée : son ombre portée sur le sol, qui recule.

3 commentaires:

Prax a dit…

heureux homme pour qui la pluie est toujours sur le point de tomber. En euskadi, elle n'hésite jamais et tombe toujours.

Arnaud Maïsetti a dit…

ce matin, le sol était mouillé, mais la pluie était tombée si lentement que personne ne l'a entendu ni vu... (ou presque : http://ariane-revel.blogspot.com/2008/07/31-juillet.html...

Nicolas Bleusher a dit…

Bien vu ce "sur le point de"...
Venu depuis Tierslivre.
J'y découvre une multitude de nouveaux carnets.
C'est assez jubilatoire, comme la pluie que l'on observe à l'abri de sa fenêtre...