11.8.08

il aurait fallu

On peut attendre des heures, rester au bord en regardant passer, et ne saisir qu'une seule fraction seconde qu'on laissera étirer devant soi longue comme un nuit aussi blanche qu'une page - ce qu'on verra, c'est sur la pellicule brûlée, la ville passer sans nous regarder, nous qui du bord, attendions les heures où il aurait fallu traverser.

2 commentaires:

Prax a dit…

La ville qui passe, c'est une ville fluide, c'est le cauchemar du maçon.

brigetoun a dit…

on ne peut saisir, et tant mieux, juste regarder le flux, et la ville se redessine dans la mémoire