26.8.08

incapable de tenir


ce qu'on finit par faire à force, c'est lever des murs plus haut encore que le ciel - on s'y tient comme devant une promesse incapable de tenir : on pourrait franchir le seuil, mais c'est toujours devant qu'on mesure le mieux sa folie, sa beauté, son insolente imperméabilité à soi.

2 commentaires:

Prax a dit…

Le mur a-t-il 3 frères derrière ou est-il seul ? S'il est seul, il est effectivement insolent.

Arnaud Maïsetti a dit…

et quand il n'a pas de hauteur visible, quand il n'a pas de limite sur les bords, quand il n'a pas d'aspérité (ça ressemble à un mur qui ressemble à cet été)