12.11.08

des portes

Derrière une porte, une autre porte (sans doute une autre encore, derrière), et si je la passe, une autre de nouveau, comment ne pas en finir ; où je me tiens, dans mon corps (une porte), devant moi à franchir et qui s'ouvre sur une autre (dans la tête) - et sous mes doigts, des portes ouvertes que j'enfonce d'un seul poing : je suis toujours là.

1 commentaire:

Prax a dit…

L'alternative serait l'open space (mais sans intimité)