30.11.08

la lente compréhension du monde

(Ce n'est pas faute d'essayer pourtant - faute de reprendre : la lente compréhension du monde. Mais ces derniers temps, ne pas vraiment être à la hauteur de la tâche. Alors, en faire plus. C'est dans le train que cela avance le plus, le plus vite. Prendre le train ces dernières semaines aussi régulièrement (et aussi longtemps) change le temps, au dehors. Change l'apparence du temps. La forme des villes, la densité du travail. Et la lourdeur quand reprendre pied dans l'allure retrouvée du monde ne donne qu'impressions de ralentissement, de recul. Il faut reprendre, donc. Essayer de nouveau.) Ce n'est pas faute d'essayer, pourtant : de reprendre la lente compréhension ne m'épuise jamais (jamais assez) : mais par où reprendre à chaque fois qu'on renonce (quand la fatigue est trop puissante). Par où recommencer. Ou est-ce commencer à chaque fois. Il faut essayer de nouveau.

2 commentaires:

brigetoun a dit…

si vous y arrivez, cela sera-t-il transmissible ?

Arnaud Maïsetti a dit…

« L'expérience n'existe que si elle est communiquée - sinon elle n'est rien. » (Bataille)

(Mot qui ouvre le très beau Hapax (http://apax2.blogspot.com/) - mot en partage, nécessairement.)