13.12.08

autour duquel

Sentiment de manque : non que quelque chose manque en particulier, mais ce sentiment qu'en toute chose une part essentielle se dérobe. Rue de Rennes (penser à Bataille), descendre et remonter autrement qu'en descendant et remontant une rue on imagine qu'on va - mais sur la ville qui porte mes pas, appuyer plus profondément dans sa chair ne change pas le poids du ciel sur mes épaules : remonter et descendre ce manque autour duquel je tourne et qui pourrait s'appeler - non pas le temps ; mais les signes du temps qu'arpentant je sème, et ne retrouve pas.

2 commentaires:

un qui la prend souvent à pied (la rue) a dit…

c'est quoi, le rapport Bataille / rue de Rennes ?

Arnaud Maïsetti a dit…

Au croisement de la rue du four et de la rue de Rennes, venant de Saint-Germain, c'est là que Bataille devint "dans ce néant, "inconnu", tout à coup..." Et de là que prend naissance l'expérience intérieure.
"Je ne sais si je m'arrêtai, au milieu de la rue, masquant mon délire sous un parapluie. J'ai peut-être sauté (c'est sans doute illusoire) : j'étais convulsivement illuminé, je riais, j'imagine, en courant."
(p. 46 de "l'expérience intérieure" dans l'édition Tel)

Pensées à ce rire, quand je descends la rue (et c'est souvent aussi, ces derniers temps) - à cette course, où elle mène.