30.12.08

laquelle

Deux routes : l'une semble monter, l'autre descendre — se rejoignent en un point (moi) : et plus loin, la route se scinde encore — en moi — et si je regarde encore au-delà, ce n'est pas autre chose : deux routes : l'une semble descendre, l'autre repartir. Et quand je me retourne, derrière moi s'absorbe dans mes propres pas, s'anachronise dans d'imperceptibles secondes. Je compte : une, deux. La première seconde monte, l'autre descend. Laquelle prendre. Le temps que je pose le prochain pas, ces deux secondes sont mortes ; une troisième traverse l'espace et me fauche.

1 commentaire:

Prax a dit…

Tu es peut être aussi le lien, le nœud qui relie les contraires à chaque intersection.