8.1.09

effacement vertical

maintenant cette fin là basculer le retard du temps perdu les conséquences gestes la menace le vieil homme la nuit ne s'arrête pas patiemment le chaos la possibilité de se jeter de la lumière (et des voleurs qui passent) on rentre traverser l'apprentissage de la résistance par hasard (…)

reprendre les titres des deux premiers mois de ce journal, constater (aussi) que s'écrit le texte insoupçonné d'une lente dérive à fixer le vertige (du contretemps)

(écho depuis les pas perdus de Jérémy Liron)

2 commentaires:

unevilleunpoeme a dit…

verticales, aussi chez Juarroz...

Arnaud Maïsetti a dit…

@unevilleunpoeme : "Poésie Verticale" — oui : tout un programme... (il s'agit d'un même titre pour chaque oeuvre, c'est ça ?)