26.1.09

souffle


On secoue la tête, on lève les yeux, on compte les arbres arrachés, câbles au sol, routes coupées, et c'est à peine si on tient debout dans le souffle. Et plus haut, ce qui vibre et vacille : l'organisation du monde flanche au moindre coup de vent — cela effraie, cela rassure aussi : il est ainsi possible de mettre en déroute la mise en ordre des choses, le cloisonnement du territoire : leçon. Les fleuves à leur tour ne vont pas tarder à tester nos forces : et si le monde débordait ?

4 commentaires:

Prax a dit…

En vérité je te le dis, seuls les canards survivront.

Prax a dit…

Titre en coïncidence. Arbres et jupettes même combat.

Dominique Paillard a dit…

arbre frissonne, arbre douleur, arbre terreur, arbre crieur, arbre meurtri, arbre déchiré, arbre décapité, arbre tronçonné, arbre bûchette, arbre flammèche, arbre en cendres

Arnaud Maïsetti a dit…

@prax1 : mais quel monde va-t-on léguer à ces canards, je te le demande ?

@prax 2: et même défaite, donc.

@dominique : ville arbres, villes branches tendues, villes troncs creusés, ville endormie sous le poids des arbres couchés :
http://tempete2009.blogsudouest.com/files/2009/01/clipboard06.jpg